pas prévus...

...

Ici seront diffusées les rencontres ou galères qui ne seront pas du tout prévues. Il est tout à fait possible que des évènements déja pas anticipés dans le soit-disant calendrier que nous essaierons à peu près de respecter (cf: page "évènements") se produisent.

Premier gros poisson pêché !

Le 24 janvier, lors d'une navigation de l'est à l 'ouest de la Martinique qui paraissait ordinaire, s'est produit un événement tout à fait surprenant et totalement inattendu parce qu'on ne l'espérait plus : on a miraculeusement pêché, alors qu'on allait à 8,5 nœuds, un magnifique barracuda de 1,10 m de long et de 30 cm de large, pesant 7 kg et qui vous coupe un doigt si l'envie lui prend (on a donc été prudents, et on l'a saoulé à mort avec du rhum). Au bout de 6 mois et demi de pêche, on en a enfin eu un ! Et du premier coup en plus, et on a tout récupéré, la ligne, l'appât, tout !

On a à manger pour 5 jours sauf qu'on n'a pas de congélo donc ça va être poisson matin-midi-goûter-soir !

Premier bateau (amical) rencontré aux Antilles

C'est Bubule qu'on a retrouvé et tout son équipage, Erwan, Dominique, Macéo, Corto et leur chienne Lin.

On les a retrouvés à Mayreau, puis on a été ensemble aux Tobago Cays où on s'est baigné au milieu des tortues géantes...et des barracudas (1,2 mètres pour les plus gros). On a fêté (plusieurs fois) les retrouvailles et on a donc dû rentrer dans le noir total (sauf au réveillon...) pas très loin des rochers et complètement trempés à cause des vagues.

Mais bon on a retrouvé quelqu'un !

 

Autres galères

Ah, ben ça faisait longtemps !

On a cassé le guindeau.

Super. Si on veut remonter l'ancre, c'est à la main. Un gars est venu voir l'étendue des dégâts et nous a dit qu'il ne pouvait rien faire... On a téléphoné à Sainte Lucie et on nous a dit que la pièce devait être livrée depuis l'Italie. À Sainte Lucie ils n'ont pas eu le temps de téléphoner avant la fermeture aujourd'hui à cause du décalage horaire, après c'est le week-end puis le nouvel an... Peu de chances que la pièce arrive avant le 5 janvier au port de Sainte Lucie, et si c'est pas réparable on doit changer tout le guindeau !

Donc d'ici là on va éviter de mettre l'ancre (bouées et ports)...

Bon, quand même, on n'a toujours pas démâté et on n'est pas encore tombés en panne d’électricité ou d'essence !

 

Malades ?

Pour notre plus grande surprise, personne n'a été malade pendant la traversée !!

Vous échappez donc aux photos inédites :(

Mais ne vous en faîtes pas, vous en aurez sûrement bientôt !

Première baleine !

Mardi 6 septembre, nous quittons la Marina Quinta do Lorde après avoir pris de l'essence, du gaz et de l'eau (ça peut servir...). Donc, en quittant Madère, j'eus la bonne idée d'aller prendre l'appareil photos, en sentant que pour une fois, il allait servir. En effet, on avait déjà aperçu quelques cachalots de loin mais on avait jamais eu l'occasion de les prendre en photos. Et, à la sortie du port, alors que je sortais du bateau, un souffle, au loin. Puis deux. On s'approche tranquillement avec le moteur au minimum, et on voit des centaines de dauphins! On en profite pour foncer sur un groupe d'oiseaux qui avaient eu le malheur de se trouver sur notre route, et qui se sont envolés dans un chaos total. Puis les souffles réapparaissent, plus près. Ils plongent et on revoit les souffles derrière nous. Demi-tour. On s'approche cette fois un peu plus près, mais ils repassent derrière nous. Ah ouais, vous voulez jouer à cache-cache, hein? Bon, on en profite pour photographier les dauphins qui sautent de l'eau un peu partout autour de nous.

Finalement, au bout d'une heure, après avoir réussi à photographier un cachalot, des centaines de dauphins et des milliers d'oiseaux, on mit finalement le cap sur les Islas Desiertas.

 

Première galère

Bon, une première galère (de nuit...):

      Le 9 août, on est partis de Porto pour aller à Lisbonne, départ vers 6h30. On s'est levés (pour ceux qui dormaient encore malgré le bruit du moteur), on a mangé, on a regardé un film, on a mangé, on a regardé un film, on a mangé, il s'est passé 2-3 trucs pas très cool (cf: http://www.famillebilliet.fr/182057652) puis on a décidé de mouiller pour pas faire de quarts cette nuit.

      Arrivés au mouillage, on essaye de mouiller là. Raté, y'a une barque. Ici, alors. Ben, nan, y'a une bouée (quasi invisible...). Bon, on met l'ancre là alors. Tiens, on a perdu la position GPS... Eh, l'ancre elle accroche pas! On la remonte, avec un bout qui était accroché au fond de l'eau et qui a rien trouvé de mieux à faire que de s'enrouler autour de l'ancre! 15 minutes plus tard, on arrive à défaire le nœud. Tiens, la commande guindeau (pour faire marcher l'ancre) ne marche plus. Papa, pourquoi les lampes elles clignotent? Bon, on mouille là (commande guindeau réparée). L'ancre accroche toujours pas. Oh, plus que 4 mètres de fond. Remontez l'ancre! Vite! Bon, la catastrophe évitée, on décidé de repartir pour aller plus loin. On a finalement décidé d'aller au port le plus proche, donc Lisbonne (vive les coins paumés). Après une nuit de quarts, on a finalement réussi à accoster (presque) sans problèmes...

 

Première connexion Internet!

      Ce n'est qu'au bout de sept jours de navigation, et malgré la présence d'une antenne qui boost la connexion Internet, que nous captons notre premier signal et qu'on peut démarrer Firefox sans l'éternel message: ''pas d'accès web autorisé''. Même si le réseau du port de la Corogne, au nord-ouest de l'Espagne, rame un peu, on arrive quand même à capter un signal, mais on a reçu des photos par mail, et on a perdu la connexion pendant 15 minutes...(astuce: fichier → compresser).

      Bref, on a Internet une fois par semaine, mais au moins ça marche, et c'est gratuit (pour l'instant)!